Robert Vaillancourt

Origine du nom Vaillancourt

Selon Roland Jacob, auteur du livre Votre nom et son histoire, le patronyme Vaillancourt est issu d’un nom de lieu.

À partir du Moyen-âge, pour différencier les personnes nombreuses qui portaient les mêmes prénoms, on accolait un nom caractéristique pour le distinguer.  Il pouvait désigner le lieu de provenance (comme Paris, Picard, La Rochelle, Beauvais, Limoges) ou un métier (comme Boucher, Boulanger, Cloutier) ou la proximité d’un lieu (Lafontaine, Lamontagne, Destroismaisons),  ou encore une caractéristique physique (Legros, Petit)etc.

Concernant notre ancêtre, il existe une commune du nom de Willencourt (autrefois Bilencourt) située en Picardie à environ 100 km à vol d’oiseau de Saint-Nicolas d’Aliermont. Willencourt ainsi nommé au Moyen Âge pour désigner le domaine de Wilhem prénom d’origine germanique  qui  devient Guillaume en français.  Le Guillaume dont il est question ici est Guillaume de Ponthieu, comte de Ponthieu et baron du Saosnois Il était le fils du comte jean 1er de Ponthieu. Il épousa Adèle de France, fille du roi Louis VII et de sa deuxième épouse Constance de Castille.

Au sud de Dieppe, Aliermont. À l’est d’Abbeville, Belencourt

Plusieurs variantes graphiques du nom ont été utilisées en Nouvelle-France selon l’inspiration ou l’audition du scripteur qu’il ait été  recenseur, notaire ou curé : Villencour, Liancourt, Villemour, Veillancourt, Villancour, etc. C’est en Amérique que la graphie actuelle Vaillancourt a été adoptée et généralisée.

***

Robert Vaillancourt, l’ancêtre de tous les Vaillancourt d’Amérique est né  à Saint-Nicolas d’Aliermont, un petit village près de Dieppe dans le département de Seine-Maritime en Normandie.

La Normandie est la région de France qui a fourni le plus grand nombre de migrants à la Nouvelle-France et le port de Dieppe a été le point de départ d’un grand nombre de voyages vers la colonie.

De Saint-Nicolas d’Aliermont à Dieppe en passant par la forêt d’Arques (carte de Cassini)

Cette carte de Cassini bien qu’elle ait été réalisée  environ cent ans après le départ de France de notre aïeul, nous montre le chemin qu’il a dû emprunter pour se rendre à Dieppe en passant par la forêt d’Arques. Le village est situé entre la rivière d’Eaulne et la rivière d’Arques. Pour se rendre à Dieppe, il y avait environ 14 kilomètres à parcourir.

Baptême de Robert Vaillancourt

Fils de Robert Vaillancourt et de Jacqueline Papin, Robert Vaillancourt a été baptisé le 3 octobre 1644 à  l’église Saint-Nicolas d’Aliermont. Son propre frère, prénommé Louis aurait été son parrain. Sa marraine  se nommait Marie Théraude.

L’église est toujours debout après sept siècles d’existence. Elle aurait  été consacrée vers 1248 par Eudes Rigaud, archevêque de Rouen.

Construite au XIIIe siècle, le lieu de culte a subi de nombreuses restaurations comme des cicatrices visibles sur ses flancs et sur sa façade.

En 1954, pour rendre hommage à notre ancêtre, la commune de Saint-Nicolas d’Aliermont baptisait une de ses rues du nom de Vaillancourt

Départ vers la Nouvelle-France

Dieppe au XVIIe siècle

Nous ignorons  ce qui a pu  pousser notre ancêtre à tenter la grande aventure de la Nouvelle-France.  La proximité de Dieppe, lieu de grands départs a certainement favorisé des rencontres  qui lui ont donné le goût du large.

Robert Vaillancourt était chaudronnier. La Nouvelle-France avait un grand besoin de main-d’œuvre pour prêter main-forte aux colons déjà installés et aussi pour fabriquer  les équipements de première nécessité.  On engageait les gens par contrat d’une durée habituelle   de trois ans.

Nous croyons que notre aïeul  est arrivé en Nouvelle-France en 1665. Son  contrat d’engagement  n’a jamais été trouvé. La ville de Dieppe ayant été bombardée et presque complètement incendiée en 1694, plusieurs documents ont alors disparu. Pour cette raison également,  nous ne pouvons dire avec certitude sur quel bateau notre ancêtre a traversé l’Atlantique. S’agit-il du Normandie ou du Saint-Jean-Baptiste ? Ces deux hypothèses ont été avancées.

Engagé chez Guillaume Thibault

Au recensement de 1666, apparaît pour la première fois le nom de Robert Vaillancourt au pays. Il est alors orthographié Rober Villemour et il loge à Château Richer, sur la côte  de Beaupré chez Guillaume Thibault. Il est qualifié de chaudronnier et d’homme engagé.

Page du recensement de 1666

Guillaume Thibault : Né  en Normandie, vers 1618, fils d’un bourgeois de Rouen  venu d’abord en Nouvelle-France en 1639, Guillaume Thibault  y revient avec un contrat d’engagement  signé  à La Rochelle en avril 1643, pour une durée de trois ans envers le seigneur  de Beaupré Cheffault de la Regnardière . Il   demeure alors à La Rochelle et exerce le métier de boulanger.

Guillaume Thibault est un des pionniers de la Côte de Beaupré. Il obtenu une concession à la Rivière Sault-à-la-Puce, Château-Richer, en 1650. Cinq ans plus tard, il épouse Marie-Madeleine Lefrançois, originaire de Metz en Lorraine.

Le métier de chaudronnier

Le métier de chaudronnier consistait à fabriquer différents ustensiles de cuisine en cuivre. Il exigeait, entre autres,  de travailler avec des tôles épaisses. Robert Vaillancourt a-t-il  beaucoup exercé son métier de chaudronnier en Nouvelle-France?

Après le recensement de 1666, il s’identifie davantage comme habitant ce qui pourrait faire croire qu’il a surtout travaillé la terre.

Cependant, dans l’inventaire de ses biens après le décès, on remarque beaucoup d’objets en fer : tôle, poêle, marmite, chaudières, houes, haches,  scies, sciottes, houes, crochets, coings, marteaux, enclumes, moules à cuillères et grands ciseaux de chaudronniers, ce qui nous porte à conclure que le métier de chaudronnier a  certainement occupé une bonne partie de son temps.

Le mariage

Le 30 septembre 1668, soit environ trois ans après son arrivée,  vers la fin de son contrat chez  Guillaume Thibault,  Robert Vaillancourt contracte mariage devant le notaire Claude Auber avec Marie Gobeil fille de Jean Gobeil et de Jeanne Guillet. Marie est alors âgée de 13 ans à peine. Robert en a 23. Il n’était pas rare que des jeunes filles se marient en très bas âge à l’époque.

Le contrat est signé à la maison des Gobeil  à Château-Richer, sur la Côte de Beaupré non loin de chez Guillaume Thibault où Robert Vaillancourt travaillait comme engagé.

Ils   (…) promettent  de prendre lung et lautre par foy et loy de Mariage qui au bon plaisir de dieu sera fait et accomply en face de nostre Mere Saincte eglise Catholique Apostolique et Romaine le plustot que faire se pourra et ainsy qu’il sera desliberé entre eux et leurs susdits parens et amis (…) Ni l’un ni l’autre ne sait signer.

La date exacte du mariage n’est pas connue, l’acte dans le registre paroissial  n’ayant pas été retrouvé.

Marie Gobeil

Marie Gobeil est née en France, dans le Poitou à Saint-Liguaire, près de Niort dans le département de Deux-Sèvres. Elle a été baptisée le 25 janvier 1655.

Église Sainte-Marie-Madeleine de Saint-Liguaire près de Niort où Marie Gobeil a été baptisée

Les Gobeil sont probablement arrivée en 1665, soit la même année que Robert Vaillancourt. Marie Gobeil était du voyage avec ses parents et ses trois autres sœurs : Marie-Françoise, Marie (deuxième du même prénom) et Jeanne Angélique.

Département des Deux-Sèvres

Le nom de Jean Gobeil apparaît pour la première fois dans les registres de la colonie en décembre 1665 lorsqu’il loue une terre toute équipée à Toussait Toupin à Château Richer sur la côte de Beaupré face à l’île d’Orléans.

Marie est l’aînée d’une famille de huit enfants. Parmi les quatre enfants qui naîtront par la suite en Nouvelle-France, on compte deux filles, Catherine et Marguerite,  et deux garçons, Barthélémy et Laurent.

Deux des sœurs de Marie (Jeanne-Angélique et Catherine) travailleront comme domestique à Montréal chez le riche marchand Jacques Leber, le frère de la célèbre recluse Jeanne Leber.

Le cadet Laurent va périr dans le naufrage du brigantin La Marguerite qui le ramenait vers la France. Le nom Gobeil sera transmis en Amérique par le seul garçon survivant : Barthélémy.

Première tentative d’installation

Quand vient le moment  de s’établir,  Robert Vaillancourt est tenté  par la location d’une terre toute équipée avec animaux et instruments aratoires comme l’a fait son beau-père Jean Gobeil  à Château Richer.  Cette métairie située à Saint-François (aujourd’hui Saint-Sauveur) entre le coteau Sainte-Geneviève et la rivière Saint-Charles  à Québec  appartenait au seigneur Jean-François Bourdon. Gervais Buisson qui l’avait loué depuis le 4 février précédant offrait à Robert Vaillancourt de prendre le relai de son bail.

Le 3 août 1668, Robert Vaillancourt accepte des conditions qui l’engagent à fournir 50 minots de blé et 2 minots de pois avant Noël! L’été étant déjà fort avancé, notre ancêtre réalisera vite qu’il a fait une mauvaise affaire. Le 15 mars suivant, il se dépêche de restituer la propriété au seigneur François Bourdon, mais il reste  avec  une dette de 300 livres à rembourser avant la Saint-Jean-Baptiste

L’île d’Orléans

 

Dès l’automne suivant, le 28 octobre 1669, il achète une partie de la terre de Noël Rose à l’île d’Orléans, aux limites de la paroisse Sainte-Famille.  Le 7 novembre, son beau-père  Jean Gobeil achète l’autre partie de cette terre, là où se trouvaient les bâtiments.

Officiellement, en 1673, Monseigneur de Laval, seigneur de l’île, concède à  Robert Vaillancourt  une terre  mesurant  3 arpents et 3 perches de front sur le fleuve et voisine celle de Jean Gobeil d’un côté et  celle de Claude Bouchard de l’autre.

Le lot 70 appartient à Jean Gobeil et le lot 71 appartient à Robert Vaillancourt

La famille

C’est à l’Ile d’Orléans que la famille Vaillancourt s’installe définitivement. Marie Gobeil  est âgée de 16 ans lorsqu’elle  met au monde son premier enfant qui sera prénommé Jean.

Onze autres suivront : cinq filles et sept garçons qui tous, à l’exception de l’aîné mort en bas âge,  se marieront et auront des enfants.

Famille de Robert Vaillancourt et de Marie Gobeil

 

  1. 1. Jean Vaillancourt (1671 – )
  2. 2. Marie –Anne de Liancour (1672 – 1742) (René Béchard)
  3. 3. Marie Vaillancourt(1674 – 1706)  (Jean-Baptiste Michaud)
  4. 4. Jean Vaillancourt(1676 – 1703) (Marie-Charlotte Huot)
  5. 5. Robert Vaillancourt (1678 – ) (Geneviève Destroismaisons)
  6. 6. Louise de Liancour (1680 – ) ( Pierre Dumas)
  7. 7. Paul Vaillancourt (1682 – 1750) (Marguerite Guillot)
  8. 8. Joseph Vaillancourt (1684 – 1755) ( Marie Muloin)
  9. 9. François Vaillancour(1687 – 1754) (Marie-Marguerite Lorrain)
  10. 10. Marie-Charlotte Vaillancourt(1689 – 1759) (Jacques Plante)
  11. 11. Jeanne-Angélique Vaillancourt (1691 – 1717) (Ignace Bélanger)
  12. 12. Bernard Vaillancour (1695 – ) (Geneviève Bergeron)

Décès de Robert Vaillancourt

 

 


À deux reprises, soit en 1695 et en 1698, Robert doit se rendre à Québec à l’Hôtel-Dieu pour un séjour hospitalier. Il meurt le 8 juin 1699 à l’âge de 54 ans. Il est inhumé le lendemain.

Acte de décès de Robert Vaillancourt

Patrimoine et descendance

Le 12 avril 1700, soit dix mois après le décès de son époux, Marie Gobeil fait procéder par le notaire Jacob à l’inventaire de ses biens : beaucoup de fer provenant de France, des outils de chaudronniers.  Beaucoup d’articles, mais peu de valeur en somme.  La maison est inachevée. Notre ancêtre a travaillé fort, mais il laisse peu de biens matériels. Le métier de chaudronnier a pu l’empêcher de développer sa terre comme il l’aurait souhaité.

Il tente quand même d’assurer de son mieux l’avenir de ses enfants. En 1691, il avait acquis pour eux  de Claude Paneton, une terre de 3 arpents de front voisine de la sienne et ayant déjà appartenu à Jean Gobeil.

La date exacte du décès de Marie Gobeil n’est pas connue. Nous savons seulement qu’elle est décédée après avril 1714, dernière trace écrite.

Si quatre de ses fils resteront dans la région de Québec, deux autres, Joseph et François  partiront s’installer dans la région de Montréal. Joseph viendra d’abord  à Lachenaie , puis quelques années plus tard, son frère , François  viendra s’installer à Rivière-des-Prairies où il épousera Marie-Marguerite Lorrai

De Robert Vaillancourt à Albert Vaillancourt

Liste de descendance patronymique

Nom Date et lieu Naiss./Bapt. Conjoint Date et lieu d’union Date et lieu Décès/Inhum.
Robert VAILLANCOURT 3.10.1644Saint-Nicolas-

d’AliermontMarie 1 GOBEIL30.9.1668Château-Richer8.6.1699Sainte-FamilleJoseph VAILLANCOURT23.7.1684Sainte-Famille,Île d’OrléansMarie Charlotte MULOIN2.5.1707Saint-François-

de-Sales28.3.1755LachenaieJoseph VAILLANCOURT1.10.1713Saint-François-de-

Sales, Ile JésusMarie Josephte PHANEUF24.11.1738Rivière-des-

PrairiesRivière-des-PrairiesJoseph – Jean-Baptiste VAILLANCOURT24.9.1740Rivière-des-PrairiesMarie-Thérèse DUBOIS23.1.1764Sainte-Rose-de-Lima4.5.1825Sainte-Rose-

de-LimaPierre VAILLANCOURT10.7.1771TerrebonneMarie Marguerite BÉLANGER13.2.1797Sainte-Rose-de-Lima7.8.1846Saint-LaurentToussaint VAILLANCOURT1823Marie Caroline LEPAGE10.1.1848Saint-Laurent< 25.11.1879Aldéric VAILLANCOURT21.1.1853 Sainte-Rose-de-Lima île JésusCélanire DESORMEAUX25.11.1879Saint-Martin4.8.1919Sainte-Rose-

de-LimaAlbert VAILLANCOURT8.4.1885Sainte-Rose-de-Lima île JésusÉlisabeth Éva DAGENAIS10.1.1910Sainte-Rose-de-Lima~ 1955Sainte-Rose-

de-Lima

Marie Vaillancourt

Février 2010

Pierre gravée en mémoire de Robert Vaillancourt et de Marie Gobeil à l’île d’Orléans

Bibliographie

 

Fête des familles Vaillancourt, 25 août 1979, livre réalisé lors de cette rencontre familiale.

Jacob, Roland, Votre nom et son histoire, Les Éditions de l’Homme, 426 p.

Jetté, René, Dictionnaire Généalogique des Familles du Québec (1983),

Langlois, Michel, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), Tome IV (N à Z), La Maison des Ancêtres, ANQ.p 459-460

Lebel, Gérard, Nos ancêtres, volume 10, Sainte-Anne de Beaupré, 1985. p 157 à 164

Mémoires de la société généalogique canadienne-française, Vol. VII – no 1. Janvier 1956. p 63

PRDH Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal

Prévost, Robert, Portraits de familles pionnières, Tome IV p280 à 285

 

Mots-clefs :




27 commentaires de “Robert Vaillancourt”

  1. Roland Jacob

    Premier contact véritable avec ton site. Excellent travail. Bien documenté. J’y reviendrai sûrement, car il promet de belles découvertes. Bravo! Marie.

  2. Gemma Picard

    Je suis une descendante des Destroismaisons dit Picard . Robert Vaillancourt fils de Robert a épousé Geneviève Destroismaisons dit Picard la soeur de mon ancêtre Jacques (fils de Philippe).

    Le père Robert Vaillancourt était habitant et chaudronnier. Quel était le métier du fils Robert?

    Je me suis régalée de la lecture de votre document.Très intéressant. J’ai beaucoup appris sur la famille des Vaillancout.

  3. Marie

    Je crois, sous toute réserve, que Robert Vaillancourt était cultivateur à L’Islet. Dans son acte de mariage avec Geneviève Destroismaisons, on dit qu’il est habitant. Cela signifie-t-il qu’il travaillait la terre ? Il faudrait consulter les recensements et les actes notariaux pour en être certaine .

  4. Gisele Vaillancourt

    Merci beaucoup. De tout les documents que j’ai chercher, celui-ici est une des meilleurs.

    Il y a de l’information utile pour m’aider sur ma recherche d’Ancestry.ca.

    Merci.

  5. Johanne Mercier

    Bonjour,je suis une généalogiste en herbe,la famille de mon mari sa mère
    est une Vaillancourt la grand-mère du mari de ma mère est une Vaillancourt
    et tout ce que je trouve sur ce nom ou lit me passionne quel beau document
    d’autres informations ne me nuirais pas.

  6. Guillermina

    Je me rappelle du voyage à l’île d’Orléans et de la maison que nous avons vu. Nous avons encore le photo du cimetière, du musée des Aieux et l’endroit où etait la première maison Vaillancourt.

  7. Michel Vaillancourt

    J’ai vraiment apprécié cet ouvrage, elle m’a permis de faire un magnifique voyage avec mes ancêtres, de plus il alimentera mes enfants dans leurs désirs de mieux connaitre leurs origines.

    Sincèrement merci, Michel Vaillancourt
    fils d’André Vaillancourt

  8. Patrick Vaillancourt

    C’est un voyage que j’aimerait faire un jour ou mes ancetre.

  9. Gisele Vaillancourt

    Bonjour. Beaucoup de Vaillancourts on demenage au Etat-Unis et ailleurs au Canada. Je participe a un site sur Facebook « Vaillancourts do it Right ». Quelqu’un m’a demande si ce document a ete traduit en Anglais?

    Merci.

  10. Albert andre

    Bonjour,
    Je suis le secrétaire de l’association  » le Chaleuil dau pays niortais ». Notre siège social se trouve à la ferme de Chey d’ou est parti la famille Gobeil pour la Nouvelle France.
    Notre ferme a été classée lieu de mémoire entre le Poitou et la

  11. Albert andre

    Nouvelle France. Je prépare une exposition pour 2012 et tous les écrits et documents figurant sur votre site me seraient très utiles, comment faire pour se les procurer.
    Merci pour votre réponse et votre aide éventuelle.

  12. Heidi Vallencourt

    To Whom It May Concern:

    Has this page ever been translated into English? I do not speak French but am descendant of Robert Vaillancourt and would greatly appreciate being able to read this wonderful page in English.

    I look forward to hearing from you.

    With gratitude,

    Heidi Vallencourt

  13. Ronald Vaillancourt

    Bonjour!
    Je demeure a Baie-comeau et j’ai composer une chanson sur notre ancetre que vous retrouverez sur Youtube en semptembre.Bye!

    Youtube:Rondi2009

  14. Réjean Gobeil

    Bonjour,
    Je demeure à Rimouski et mes ancètres sont de la France et sont venus s’établir au Québec, ouï-dire, donc peut-être que Marie Gobeil serait de ceux-ci? Pouvons nous se procurer la documentation sur ces deux familles, Vaillancourt et Gobeil, si il en existe une?
    Merci!!!à l’avance et mes sincères salutations.

  15. Philippe Vaillancourt

    J’avais quelques renseignements sur nos ancêtre, ce que je viens de lire m’a énormément intéressé. Bien documenté et émouvant.

  16. Christine dupuy

    Je suis allé à l île d Orléans voilà 3 ans…j aurais bien aimer savoir ça j irrai voir la prochaine fois c est environ 4 heures de route de chez moi ….j ai hâte …c est ma mère qui est une Vaillancourt.

  17. Danielle Malouin

    Je suis une descendante de Guillaume Thibault et Médéric Blouin de l’Ile d’Orléans. Votre site est MAGNIFIQUE, un travail de RECHERCHE EXCEPTIONNEL et EXHAUSTIF. La présentation est inspirante, illustrée, intéressante+++ parce qu’il y a de tout. On a l’heure juste si les données ne sont pas disponibles. J’ajoute votre site dans mes favoris. Merci beaucoup de le partager.

  18. Stéphane

    In Re To Heidi Vaillancourt,
    You can use a web translator to translate the page into english.
    Here is one translation with Google translate.
    Be aware that the translation is very approximative.
    http://preview.tinyurl.com/k5okx8l

    The mariage contract is written in old French, here is a translation into modern French and it’s english equivalent.

    Modern French
    Ils se promettent de prendre l’un et l’autre par foi et loi du Mariage qui au bon plaisir de dieu sera fait et accompli devant notre Sainte Mère l’église Catholique Apostolique et Romaine, le plus tôt que faire se pourra, et ainsi qu’il sera délibéré entre eux et leurs sus dits parents et amis [Témoins] (…)
    [Ni l’un ni l’autre ne sait signer.]

    Modern English
    They promise to take one and the other by faith and law of Marriage that the good pleasure of God will be done and accomplished before our holy mother the Catholic Apostolic and Roman Church, as soon as possible, and so it will be deliberated among themselves and their relatives and friends said above [Witnesses] (…)
    [Neither the bride or groom can sign.]

  19. Jean Belley

    Bravo pour le site.
    Je suis un descendant de Robert Vaillancourt.
    J’ai fait un travail pour mon arbre généalogique.
    Je suis rendu à Robert.
    ¨Ca fait un mois que je travaille sur mon arbre des Belley et Vaillancourt.
    Le document me donne beaucoup d’info.

    Bravo.

  20. Bruno Vaillancourt

    Un gros merci pour ce travail! Très intéressant!

  21. Claude Dorval

    Bonjour,
    Félicitations pour votre site,très belles illustrations et recherches.Votre ancêtre et le mien (Claude Bouchart dit d’Orval) se connaissaient très bien car ils étaient voisins.Son fils aîné,Jean Bouchart a acheté la terre par la suite.Merci!

  22. Brigitte Vaillancourt

    J’adore l’histoire de mes ancêtres. Je suis la descendante de Robert Vaillancourt et de Marie Gobeil de Ste-Famille à l’île D’Orleans. Mon père est Bertrand Vaillancourt, son père Émile Vaillancourt de St-Honoré de Shenley ( en Beauce ) et son grand-père Joseph Vaillancourt. J’ai de la famille en Ontario et à St-Georges de Beauce. Je suis aller à l’île d’Orlean et j’ai beaucoup appris. S’il y a des gens qui ont d’autres info, ça me ferais plaisir de vous lire. Merci beaucoup au site.

    Brigitte Vaillancourt ( Beauce )

  23. michael vaillancourt

    Tres interessant jme pose encore beaucoup de question au sujet de mes ancetres je crois que jirai a l’iles d’orlean pour visiter la tombe de mon plus grand ancetres connue

  24. Lucien Provost

    Bonjour Marie Vaillancourt
    Je viens de prendre connaissance de votre excellent travail.
    J’avais fait un travail semblable pour la lignée patriarcale des Vaillancourt qui descend de Robert et de Geneviève Destrois-maisons.
    Effectivement par la suite il y a eu un Robert qui a eu un banc à l’église de Lislet sur mer et ensuite un autre ancëtre de notre lignée Francois est parti de Rivière du Loup pour aller pëcher en Gaspésie à Saint Godefroi, d’ou vient mon grand père Eusèbe.

    Bravo
    Lucien Provost

  25. Sylvie Vaillancourt

    Bonjour, je suis une descendante de Robert Vaillancourt et Marie Gobeil. Mon père est Benoit, fils d’Henri (St-Sylvestre), fils de Placide (St-Sylvestre), fils de Moise, également de St-Sylvestre, lui fils de Moise aussi de St-Sylvestre, fils de Joseph, Joseph, Paul, Robert. Je suis passionnée par la généralogie. Merci pour les informations, c’est vraiment très intéressant et pertinent !!

  26. Pauline J. Vaillancourt

    Bonjour Marie,

    Félicitations pour ton blogue. Je m’intéresse beaucoup à nos racines depuis que j’ai assisté au rassemblement des Vaillancourt à l’Ile d’Orléans en août 1979 et que je m’étais procuré le livre fait par des Vaillancourt. J’avais aussi beaucoup de documentation obtenue de mes gr-parents et d’une cousine de mon père. Suite à nos échanges je constate que nos deux branches se sont cotoyées un certain temps dans la région de Montréal. Par la suite ta branche plus stable y est restée tandis que la mienne a beaucoup voyagé. Plusieurs se sont installés dans la région de L’Isle-aux-Allumettes, il en reste encore aujourd’hui beaucoup dans cette région, tandis que d’autres sont au Témiscamingue,d’autres encore dans le nord de l’Ontario, l’ouest Canadien, l’Outaouais et aussi naturellement dans la région métropolitaine.De passage dans la petite commune de Willencourt dans le Pas-de-Calais en France en 2004 je me suis arrêtée le temps de faire q.q. photos de l’endroit mais c’est à L’Ile d’Orléans que nous pouvons trouver toute la documentation et remonter l’histoire de notre grande famille Vaillancourt ! Merci encore à toi pour les échanges sur nos deux branches celle de Joseph et celle de François.

  27. ROBERT VAILLANCOURT

    TRÈS INTÉRESSANT. MERCI POUR CE TRAVAIL DE RECHERCHE. MES PARENTS M’ONT APPELÉ ROBERT 26/06/72 CAR ILS ÉTAIENT ALLÉS À L’ILE D’ORLÉANS ET C’EST EN MÉMOIRE DE NOTRE PREMIER ANCÊTRE AUX QUÉBEC MON PÈRE S’APPELLE JEAN-CLAUDE A FERDINAND A FÉLIX DEMEURANT A SAINTE AURÉLIE DANS LA RÉGION DE BEAUCE APPALACHES


Laisser une réponse