Imprimeurs à Paris

À mon oncle Gérard Lapierre

Les recherches généalogiques nous amènent souvent à faire des découvertes passionnantes. Ainsi, ai-je appris que certains de nos ancêtres ont exercé  le métier d’imprimeur.  Ils ont  fréquenté les grands penseurs de leur époque  et ils ont vécu  au cœur de la vie intellectuelle parisienne au XVIe et au XVIIe siècle. Grâce à leur science, leur discernement et leur labeur,  ils ont contribué à immortaliser des œuvres majeures.

Par Marie Pichon

Marie Pichon est la fille d’un maître tourneur en bois Philippe Pichon. Elle a épousé deux imprimeurs. Tout d’abord Philippe Gauthier père de notre ancêtre Charles Gauthier dit Boisverdun (côté Vaillancourt). Devenue veuve, elle achève l’impression d’un livre en 1632. Elle arrive en Nouvelle-France en compagnie de son second mari Charles Sevestre  (ancêtre côté Lapierre, Chartrand et Poitras).

Le Pont Neuf vu du quai de la Mégisserie à Paris

Chez les Sevestre, le métier d’imprimeur s’est  transmis de père en fils depuis  plusieurs générations à partir du XVIe siècle (vers  1570), d’abord par l’aïeul Louis (1520-1584), puis par le grand-père Thomas (1550- 1606), ensuite par le père  Charles 1(1589- 1626) jusqu’au pionnier Charles 2 (1609-1657) qui a aussi travaillé comme imprimeur avant de traverser en Nouvelle-France.

À l’époque les imprimeurs signent leurs œuvres par des marques, une manière de dessins héraldiques propre à chacun qui peuvent varier d’un livre à l’autre.

Pour devenir maître imprimeur, il faut passer par les étapes requises en commençant par celle d’apprenti. Pendant deux à  cinq ans, le novice  apprendra ce métier qui exige à l’époque la connaissance du grec et du latin. Devenu compagnon, il devra encore parfaire ses connaissances avant de devenir maître imprimeur  et pouvoir s’établir.

L’aïeul Louis Sevestre avait été reçu imprimeur en 1543, soit 74 ans après l’arrivée de l’imprimerie en France[1]sous le règne de François Ier et sous Henri II, Charles IX et Henri III, . En 1552, il habite rue des Muriers près de la porte saint Victor.

Porte Saint-Victor à Paris

Son fils Thomas, ose imprimer des libelles politiques et religieux[1] à l’époque d’Henri III, en pleine guerre de religion.

À la troisième génération, Charles Sevestre   épouse Marguerite Petitpas elle-même issue d’une ancienne famille d’imprimeurs par sa grand-mère du côté des Macé. En 1608, il publie  Les Essais de Michel, sieur de Montaigne, édition nouvelle enrichie d’annotations en marge, corrigée et augmentée d’un tiers… plus la vie de l’autheur extraite de ses propres escrits. En 1610, Le Sacre et couronnement du roy Louis XIII, parJean-Charles Raemond (abbé de la Frenade).

Aussi,  en 1612, Charles Sevestre  publiera « La Toyson d’Or, ou la Fleur des thrésors, en laquelle est succinctement et méthodiquement traicté de la pierre des philosophes, Traduit d’alemand en françois, et commenté en forme de paraphrase sur chaque chapitre par Salomon Trismosin. ».

Pour se démêler dans l’écheveau familial et pour en savoir plus sur le catalogue des livres imprimés par nos ancêtres,  je vous invite  à visiter l’excellent site de Denis Savard: http://savart.info/imprimeurs/

Le pionnier en Nouvelle-France

Charles Sevestre le pionnier, celui qui traverse l’Atlantique, aura  publié plus d’une douzaine de livres entre 1632 et 1636, avant  son départ pour la Nouvelle-France. Il était accompagné de  son épouse Marie Pichon, de  sa mère Marguerite Petitpas et de ses deux frères Thomas. sont également du voyage  leurs deux enfants ainsi que  trois autres enfants nés du premier mariage de marie Pichon. Au total, une famille de 10 personnes débarquait sur un territoire tout neuf, très peu habité.

À son arrivée, Sevestre est commis de la Compagnie des Cent Associés. Le nom de Sevestre ne sera perpétué en Nouvelle-France. Son frère Thomas meurt noyé à 29 ans lors d’une excursion de chasse, tandis que  son frère Jacques qui meurt célibataire à l’âge de 79 ans. Ses fils, Ignace et Charles III,  vont mourir de morts tragiques, sans avoir eu de descendance, l’un tué par les Iroquois et l’autre noyé dans le Saint-Laurent à l’âge de 16 ans.

La descendance cependant  sera nombreuse. Elle sera assurée par ses quatre filles,  Denise, Marguerite, Catherine et Magdelaine. Marie Catherine épousera Louis Rouer de Villeray, le premier conseiller au Conseil souverain de la Nouvelle-France. Côté Lapierre, nous descendons de Denise née à Paris en 1632 qui épousera Antoine Martin dit Montpellier et côté Chartrand et Poitras  à la fois de Denise et de Marguerite née à Paris vers 1635 future épouse d’Étienne Lessart.

D’abord commis au magasin de Québec, Charles Sevestre sera élu  par une assemblée de notable procureur syndic de la Communauté des Habitants. Il deviendra ensuite juge-prévost de la seigneurie de Lauson. Enfin, il occupera le premier le  poste de  lieutenant particulier civil et criminel de la Sénéchaussée de Québec. Durant sa vie active en Nouvelle-France, il a acquis plusieurs territoires. Il  fera trois allers-retours en France pour régler des affaires de famille. [1]

Il meurt le 8 décembre 1757. Son corps sera enterré sous la Basilique de Québec.

Marie Vaillancourt

————————————————————————————————————-

Bibliographie

LAROCHE-MONTPETIT, Marielle, Les Sevestre et la Nouvelle France, Civilisation du Québec

LAROCHE-MONTPETIT, Marielle, Les Sevestre et la Nouvelle-France, une famille fondatrice oubliée, Mémoires de la société de généalogie canadienne-française, vol 28, cahier 131, p. 3.cahier 132 p.113 et cahier 133 p. 195.

LAROCHE-MONTPETIT, Marielle,Les Sevestre imprimeur parisiens de François 1er à Louis XIV et leurs descendants en Amérique, Mémoires de la société de généalogie canadienne-française, vol no 29, cahier 138, p. 295.

LANGLOIS, Michel, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois,vol.4 p 120, p 136, 348-349

ROY, Pierre-Georges, Les petites choses de notre histoire, p 145-146.

PROVOST, Honorius, Sevestre, Charles, Dictionnaire biographique du Canada en ligne.


[1] LANGLOIS, Michel, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois, Tome IV, p. 348-349.


[1] Ibidem


[1] Ibid, p 59




9 commentaires de “Imprimeurs à Paris”

  1. Jean Michel

    Un très beau texte et toujours de belles images.
    C’est une gourmandise que de lire l’histoire au travers de ces histoires.
    Vivement le prochain !

  2. Christine marsolais

    Vraiment intéressant cette page d’histoire, ils travaillaient forts nos ancêtres et c’est là qu’on réalise qu’ils nous ont ouvert le chemin.

    Au plaisir de relire tes recherches.

  3. Johanne Mercier

    Que de belles recherches je dévore tout ce qui se reporte
    dans les années de nos ancêtres.
    Continuée vos recherches et je vous félicite
    pour votre très belle recherche.

  4. Picard

    Quelle belle histoire que celle que vous racontez sur vos ancêtres. C’est un vrai bonheur de vous lire. J’aimerais en savoir autant sur mes ancêtres. Je vous remercie de me faire profiter de tout cela et je vous admire.

    Gemma Picard

  5. Lucie

    Merci Marie
    Je trouve cela super intéressant, tes recherches.
    On a faim de toujours en découvrir plus.
    On a l’impression que ces ancêtres font partie de notre vie.

    Au plaisir Lucie

  6. Alexis

    Merci Marie. Comme toujours, ton support visuel est excellent ! C’est fou de voir qu’un de nos ancêtres a été l’imprimeur de Montaigne… On voit aussi qu’ils pouvaient publier le meilleur comme le pire ! Continue ton travail remarquable. C’est la toison d’or de la famille.

  7. R. Louise Lessard

    Passionnant !
    Mille fois merci pour cette belle page d’histoire et surtout pour les images des couvertures de livres publiés par mon ancêtre. Je n’en avais jusqu’ici jamais vu !
    Mille fois merci !

    R. Louise Lessard
    Descendante de Marguerite Sevestre et d’Étienne de Lessard.

  8. Jean Lessard

    c’est passionnant! Je suis ému des découvertes que je fais ici, je suis de la 10 ième génération après Étienne de Lessard et Marguerite Sevestre. Quels beaux livres la famille de Charles Sevestre ont publiés! Quelles belles images! Je ne me lasse pas de ce site. Jean Lessard, Ste-Anne-de-Beaupré, Qc.

  9. CLAUDIA SAINT-PIERRE

    Extraordinaire cette recherché ….Que de beaute dans ces images , ce texte …..Je devore ….Priere de continuer …..


Laisser une réponse