Pedro Da Sylva

Notre ancêtre venu du Portugal


Pedro Dassylva ou  Da Silva serait né en 1647 ou  1651[1] à Lisbonne  dans la paroisse Saint-Julien. Ses parents étaient Joseph Da Silva et Marie François.  Est-il arrivé comme matelot ou comme soldat ? Est-il passé d’abord  par la France ? Nous l’ignorons.

À l’époque, les rapports entre la France et le Portugal ne sont pas des plus mauvais, même si on se dispute quelques territoires au Brésil. Dans sa guerre contre l’Espagne,  la France ne peut qu’encourager l’ouverture d’un deuxième front dans sa guerre contre l’Espagne. Elle soutient l’Espagne dans sa résistance aux tendances hégémoniques espagnoles.

La première fois que le nom de Da Sylva apparaît ici, c’est à la fin de 1673. Il a environ 25  ans. Il s’engage pour six mois auprès de Bertrand Chesnay, sieur de la Garenne[2] qui avait acquis neuf ans plus tôt  l’arrière fief de Lothainville, sur la côte de Beaupré. Le sieur de la Garenne  s’engageait à le nourrir et à le traiter humainement[3].

Un peu plus de trois ans plus tard, il épouse Marie Jeanne Greslon, âgée d’environ 15 ans,  fille de Jacques Greslon dit Laviolette, tisserand et de Jeanne Vigneault, habitants  de Château-Richer. Pedro Da Silva signe le contrat de mariage d’une main assurée.

La famille Da Silva va tout d’abord s’établir à Beauport où naîtront les deux premiers enfants : Marie-Louise et Marie-Madeleine. C’est là qu’on inscrit leurs noms au recensement de 1681. Celui qu’on appellera  toujours le Portugais, déménage quelque temps plus tard à Sault-au-Matelot  dans  le quartier du Vieux-Port[4].

Le travail de la terre  n’est pas pour lui. S’il s’installe près du fleuve, c’est dans un but bien précis ; il se lance dans la livraison de marchandises. Le port lui donne accès aux cargaisons dès leur arrivée et Da Silva se chargera d’aller les livrer un peu partout dans la colonie. Il utilisera les voies fluviales pour se rendre à Trois-Rivières et à Montréal. Même l’hiver n’empêchera  pas  notre ancêtre de voyager.  Le courrier sera livré à l’aide d’un chariot tiré par un bœuf ou par un cheval.

En 1693, dans les documents d’archives, il est  fait mention du messager Da Silva qui est payé 20 sols pour transporter des lettres vers Montréal.

Le 23 décembre 1705, l’intendant Raudot lui-même, lui donne le titre de  «premier courrier»  et lui demande officiellement de porter les ordres du roi :

«Étant nécessaire pour le service du roi et le bien public d’établir en cette colonie un messager pour porter les ordres en tous lieux de ce pays où besoin sera, et étant informé de la diligence et fidélité de Pierre Dasilva dit le Portugais, Nous, sous le bon plaisir de Sa Majesté, avons commis et établi ledit Portugais messager ordinaire pour porter les lettres de M. le gouverneur général et les nôtres pour le service du Roi dans toute l’étendue de cette colonie lui permettant de se charger de celles des particuliers pour les rendre a leur adresse et en rapporter les réponses. »[5]

Sans doute avant lui, d’autres se sont chargés de transporter le courrier à travers les routes et les flots en Nouvelle-France, mais Pedro Da Silva est le premier facteur officiellement nommé par l’État. C’est pourquoi en 1938, une inscription sur une plaque commémorative est gravée à l’édifice des Postes, rue Saint-Jacques à Montréal. On peut y lire le texte suivant :

«Dès 1693 le transport de lettres se faisait par messagers entre Québec et Montréal. Le premier courrier connu a été Pierre Dasilva, dit Le Portugais».[6]

Le 6  juin 2003, Postes Canada y va même de l’émission d’un timbre en son honneur  pour souligner le 50e anniversaire de l’arrivée des premiers immigrants portugais.

De plus,  à deux reprises, en 2007 et en 2009, un député de Toronto, Mario Silva, présentera à la Chambre des Communes un projet de loi pour honorer la mémoire de ce Portugais, «en l’honneur du 55e anniversaire de l’officialisation du parrainage de l’immigration portugaise au Canada »

La famille

De son côté, Marie Jeanne Greslon dit Laviolette, l’épouse de Pierre Da Silva,  fait amplement  sa  part pour peupler la Nouvelle-France. Elle mettra au monde 14 enfants, voilà qui est presque banal pour l’époque, mais certainement tout aussi méritoire que le travail de son mari d’autant plus que celui-ci  devait être souvent absent. Pourtant, elle n’aura ni plaque ni timbre à son nom. Dix de ces enfants vont se marier et la plupart élèveront de grosses familles. Quatre vont mourir en bas âge.

Une de  leur fille, Marie Élisabeth[7], notre ancêtre,  épousera Jean-Baptiste Morand, un homme  qui fera pratiquement le même métier que le Portugais, voiturier. L’histoire ne dit pas si on lui avait confié à lui aussi la transmission du courrier royal. Mentionnons en passant qu’une  des sœurs de Marie Élisabeth, Marie Anne, épousera un pionnier d’origine italienne Barthelemy Rosa [8].

Enfin, n’oublions pas  d’évoquer le nom de Nicolas Da Silva, un des fils de Pedro et Jeanne. Maître maçon et tailleur de pierres, il va s’illustrer à Québec comme entrepreneur indépendant.  Parti de rien, d’abord  simple apprenti, il en vient à  engager ses propres ouvriers. Nicolas Da Silva bâtira plusieurs maisons à Québec dont celles de Guillaume Dupont (1728), de Pierre Chanmazart (1729), de Michel Berthier (1735), de Guillaume Estèbe (1752) et de Joseph Charest (1757)[9].

Décès

Pedro Da Silva a environ 70 ans lorsqu’il décède le 2 août 1717 à Québec. Il est inhumé le jour même après avoir reçu les sacrements de l’église. Décédé à l’Hôtel-Dieu après 12 jours d’hospitalisation, ses nombreux et périlleux voyages ne l’auront donc pas tué. Par contre, la rapidité avec laquelle on l’a enterré peut laisser croire qu’il a été victime de l’épidémie de fièvre maligne qui a touché la colonie en 1717 et 1718.

Acte de décàs de Pierre Da Sylva

Six mois plus tard, le 23 janvier 1718, Jeanne Greslon épouse en secondes noces Jacques Morand, le père de son gendre, Jean-Baptiste.

Épilogue

Pedro Da Silva a été le premier facteur officiel, on le sait et on le saura d’autant plus qu’il est d’origine portugaise, ce qui le rend encore plus intéressant aux yeux des politiciens qui ne se gêneront pas,  bien sûr,  pour  l’utiliser dans le but de courtiser  l’électorat d’origine portugaise et aussi sans doute  pour en faire  un mythe  de la diversité canadienne. Voilà ce qui s’appelle faire flèche de tout bois.

Mais ceci n’enlève rien aux  mérites  de cet ancêtre que l’intendant  Raudot de  Nouvelle-France a qualifié de  «diligent et fidèle» deux qualités qui, me semble-t-il,  en toute objectivité, se sont bien transmises jusqu’à nos générations, ceci dit sans motif électoral, ni  sans intention de flagornerie.

Voir lignée Da Sylva jusqu’à Albert Vaillancourt : De Da Sylva jusqu’à nous

Marie Vaillancourt

Juin 2010

Bibliographie

FOURNIER, Marcel, Les Européens au Canada des origines à 1765 (Hors France), Montréal, Éditions du Fleuve, 1989, p 119

LANGLOIS, Michel, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), Tome II (D à I), La Maison des Ancêtres, ANQ.

RODRIGUE-JOHNSON, Constance, Nos quelques rares ancêtres portugais, Mémoires de la société généalogique canadienne-française 1989, vol 40, no 3, page 220 à 223.

PRDH Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal

PRÉVOST, Robert, Portraits de familles pionnières, Tome IV p93 à 98

Annexe 1

Famille # 4626

de PIERRE  DASSYLVA PORTUGAIS

Père : JOSEPH DASSYLVA

Mère : MARIE LEFRANCOIS

et MARIE JEANNE  GRESLON LAVIOLETTE

Père : JACQUES GRESLON LAVIOLETTE

Mère : JEANNE VIGNEAULT

Mariage: 1677-05-16 Lieu indéterminé (au Québec) :

Sexe Naissance (Baptême) Mariage Décès (Sépulture) Prénom de l’enfant
Lieu Lieu Lieu Nom du conjoint
f 1681-01-20 1696-10-15 MARIE LOUISE
BEAUPORT QUÉBEC avec JEAN BAPTISTE GUILBAULT GRANDBOIS
f 1682-02-23 1700-11-15 1756-03-29 MARIE MADELEINE
BEAUPORT QUÉBEC CHARLESBOURG avec JACQUES GERVAIS
f 1684-05-26 1702-12-26 MARIE ANNE THERESE
QUÉBEC QUÉBEC
f 1687-01-30 1705-02-23 1760-04-19 MARIE ELISABETH
QUÉBEC QUÉBEC QUÉBEC avec JEAN BAPTISTE MORAND
f 1688-12-12 1689-01-25 JEANNE CATHERINE
QUÉBEC QUÉBEC
m 1690-04-08 1713-05-02 1715-05-29 PIERRE
QUÉBEC QUÉBEC QUÉBEC avec MARIE ANGELIQUE MINGOT
m 1692-10-23 1716-11-23 1761-04-08 JEAN BAPTISTE
QUÉBEC QUÉBEC L’ANCIENNE-LORETTE avec MARIE ANGELIQUE MINGOT
f 1694-09-05 1714-04-16 1732-02-13 MARIE ANNE
QUÉBEC QUÉBEC QUÉBEC avec BARTHELEMY ROSA BARTHELEMY ROSE
m 1697-01-10 1703-01-08 PIERRE FRANCOIS
QUÉBEC QUÉBEC
m 1698-07-12 1722-04-12 1761-05-03 NICOLAS
QUÉBEC QUÉBEC POINTE-DE-LÉVY (LAUZON) avec MARIE ELISABETH ISABELLE LAINE LALIBERTE
f 1700-02-12 1703-01-17 MARIE JEANNE
QUÉBEC QUÉBEC
m 1702-03-27 1725-06-03 1769-05-02 DOMINIQUE
QUÉBEC QUÉBEC QUÉBEC avec ELISABETH GENEVIEVE MILLET CLICHE
m 1704-09-11 1727-10-26 1775-01-04 JEAN MARIE
QUÉBEC QUÉBEC QUÉBEC avec MARIE ANGELIQUE AMIOT VILLENEUVE LINCOUR
m 1706-05-30 1731-05-21 JEAN MARIE
QUÉBEC ST-JOACHIM avec MARGUERITE POULIN

© PRDH

www.genealogie.umontreal.ca

Marie Vaillancourt


[1] FOURNIER, Marcel, Les Européens au Canada des origines à 1765 (Hors France), Montréal, Éditions du Fleuve, 1989, p 119

[2] Bertrand Chesnay est notre ancêtre du côté Lapierre.

[3] Source : PRÉVOST, Robert, Portraits de familles pionnières, Tome IV p94

[4] Le fief de Sault-au-Matelot avait été autrefois concédé à Louis Hébert, notre ancêtre du côté Vaillancourt.

[5] Source : PRÉVOST, Robert, Portraits de familles pionnières, Tome IV p93-94

[6] Source : RODRIGUE-JOHNSON, Constance, Nos quelques rares ancêtres portugais, Mémoires de la société généalogique canadienne-française 1989, vol 40, no 3, page 220 à 223.

[7] Née le 30 janvier 1687, elle aura pour parrain, le célèbre Barthélémy Vimont, celui qui a dit la première messe à Montréal en 1642.

[8] Ancêtre du côté Poitras.

[9] Dictionnaire biographique du Canada en ligne.




33 commentaires de “Pedro Da Sylva”

  1. dassylva leo

    j’ai aimer relire cet extrait de mon ancetre

  2. dassylva jean-marc

    J’AIME LIRE CE QUI A ATTRAIT A LA FAMILLES DE MES ANCETRES .MOI JE SUIS DE LA MALBAIE CHARL JEAN-MARC DASSYLVA

  3. fernand

    J’ai l’acte de concession à Pierre Dasylva dit le Portugais

    que je pourrais vous faire parvenir avec une adfresse de courriel.

    FJ

  4. Francine Dassylva

    Vous avez visité la maison d’Estèbe? Tout un « feeling ». De tout ce qu’on retrouve sur Pedro, cela ne semble jamais assez. Félicitations pour ce résumé bien détaillé sur la vie de l’ancêtre.
    fd

  5. Jean-Marie da Silva

    da Silva s’écrit comme l’écrivait Pedro da Silva et ce sont les notables de l’époque, en Nouvelle-France, qui ont déformé (sans malice évidemment) les différentes graphies de ce nom qu’on retrouve au Québec. À Montréal, angle les rues Marie-Anne, Saint-Dominique et Saint-Laurent il y a un parc
    «Portugais.» Mon frère Maurice da Silva, alors président de la «Société Historique de Montréal» y prononça le discours à l’occasion de l’inauguration officielle de ce parc.
    Je suis fier d’être un québécois de langue et de civilisation françaises et fier de mes valeureux ançêtres portugais.

  6. Michel

    Famille Portuguaise

    Je suis à la recherche d’un ancêtre portuguais venu s’établir à Québec vers 1818. Son nom est Joseph Lockwell. Il serait né aux alentours de Lisbonne vers 1795 d’un père britanique et d’une mère espagnole. Je ne peux en apprendre davantage car je ne parle pas portuguais et qu’il faudrait faire des recherches è Lisbonne. Si quelqu’un parlant portuguais et intéressé à la généalogie pouvait m’aider, je lui en serais reconnaissant. Merci à l’avance, Michel

  7. Suzanne Da'Sylva

    Message à Michel,
    Je suis allée à Lisbonne en octobre 2012,j’ai fait des recherches aux Archives.Laissez-moi vous dire que ce n’est pas facile car leur systeme n’est pas du tout comme le nôtre.Tout est écrit bien sûr en Portugais et l’écriture n’est pas toujours très lisible
    Patience peut-être….

  8. dassylva leo

    a fernand oui j’aimerais bien pour l,acte de concession

  9. sylvain portugais

    quel courage, quel homme,je suis tres fier de mon ancetre
    Sylvain Portugais

  10. Carlos Taveira

    En route: un documentaire sur la vie de Pedro Da Silva à sortir probablement vers novembre 2013. Aussi un roman qui devra voir le jour vers février 2014. Il y a un « Momentum Pedro Da Silva »

  11. Daniel Abel

    Dans la même foulée que le Momentum Pedro Da Sylva, le 2 juillet dernier, à titre de photographe officiel de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, j’ai été témoin des premières images tournées dans la crypte où la dépouille de M.PedroDa Sylva y serait déposée.
    Un émouvant épisode, les images parlent d’elles-mêmes.
    Ce sera un documentaire intéressant par son histoire ainsi que pour ses descendants.
    J’ai saisi une vingtaine de photos pour les archives de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec.
    Ç’a été pour moi un honneur et un privilège d’avoir été témoin de ce moment de l’histoire des Da Sylva.
    Si seulement j’avais l’autorisation d’un responsable de votre union des Da Sylva, je placerais ces belles photos souvenirs dans ma galerie virtuelle pour qu’elles puissent être partagées.

  12. Francine Dassylva

    Bonjour M. Abel, vous pouvez communiquer avec moi sur mon adresse courriel.

    Au plaisir

    Francine Dassylva

  13. Kenneth Dassylva

    Bonjour,

    Très intéressant cette article sur Pedro Dasilva. Ma famille possède sa canne qui a été légué de père en fils. Si quelqu’un a plus d’informations à ce sujet j’y serai ravi d’en apprendre. C’est mon père qui m’a légué cette canne et il ira à mon fils par la suite.

    L’acte ne décrit qu’il doit être cédé de père en fils a condition que le fils ait un garçon.

  14. Shirley de Silva

    Pouvez vous me laisser savoir où nous pouvons voir le film?
    J’ai trouvé le recit très intéressant. Je suis décendante de la famille de Pedro de l’autre rive, du côté de la pénensule acadienne au Nouveau Brunswick. On y retrouve plusieurs decendants ie de Silva, Desylva, De Silva

    Merci

  15. Carlos Taveira

    Un documentaire sur Pedro da Silva sera lancé à Toronto (Mississauga) le lundi, 25 novembre. Signé Bill Moniz, il sera présenté dans les versions anglaise et portugaise. La version française sera présentée à Laval vers la fin de janvier (un dimanche probablement), en date à préciser.

    À lire: un article signé Billy Rioux (qui joue le rôle de Pedro dans le documentaire)
    http://batteau1749.wordpress.com/2013/08/07/le-batteau-dans-un-documentaire-cinematographique/

    Vous trouverez des renseignements intéressants sur lien suivant (la page FB dédiée à Pedro da Silva.)
    https://www.facebook.com/pages/Pedro-Da-Silva-premier-courrier-de-la-Nouvelle-France/150232985152307?directed_target_id=0

  16. Alain Dassylva

    je suis fier d’être un decendant de Pedro, lui a été le premier facteur au canada, moi je vais être probablement le dernier, comme lui je fait le même métier, belle histoire a raconter enfants ;-)

  17. Shirley de Silva

    Merci Carlos de m’avoir fait parvenir les liens et l’invitation. Comme je suis en Ontario presentement je vais eter capable d’y assister. Merci encore.

  18. Carlos Taveira

    PEDRO DA SILVA, le premier facteur du Canada

    Le documentaire en langue française.

    Visionnement:
    Dimanche, 26 janvier 2013, à 14h00.
    Église Notre Dame de Fatima.
    1815, rue Favreau, Chomedey, Laval.

    Consultez l’affiche ici:
    https://scontent-a.xx.fbcdn.net/hphotos-frc3/1460256_226305087545096_1557439564_n.jpg

  19. Shirley de Silva

    Pouvez vous me laisser savoir qui est l’auteur du roman?

  20. Marie

    Monsieur Carlos Taveira est l’auteur de ce roman qui sortira en février prochain.

  21. Carlos Taveira

    Monsieur Kenneth Dassylva dit avoir la canne qui avait appartenu à Pedro Da Silva dit le Portugais, son ancêtre, ce qui est très intéressant. Serait-il possible d’avoir une photo de cette canne?
    Salutations.

  22. Carlos Taveira

    En réponse à Marie. Oui, je suis l’auteur du livre. Il sera en vente vers le 19 février et présenté au public lors du Salon du Livre de l’Outaouais. (Gatineau, 27 février -> 2 mars 2014). Voici le site du salon: http://www.slo.qc.ca/
    Les Éditions L’Interligne (l’éditeur du livre: http://interligne.ca/ ) sera au Stand du RECF (Regroupement de Auteurs Canadiens Français).

    Il s’agit d’un roman, non pas d’une biographie de Pedro. J’ai recensé les faits connus (que j’ai pu trouver) de la vie du « dit Portugais », puis j’ai rempli les espaces avec mon imagination, tout en respectant les évènements historiques.
    Vous serez les bienvenus au Stand du RECF.

  23. Carlos Taveira

    J’oubliais:

    Titre: Mots et Marées.
    Sous-titre: Pedro da Silva un portugais messager du Roy en Nouvelle-France.
    Éditeur: Les Éditions l’Interligne, Ottawa.

  24. Shirley de Silva

    Le roman sera-t-il disponible en Ontario?

    Aussi, le DVD du film sera-t-il disponible?

  25. Suzanne Da'Sylva

    Message à Kenneth Dassylva.
    J’aimerais d’autres renseignements au sujet de la canne de Pedro.S.V.P.communiquez avec moi à mon adresse courriel.Merci

  26. Carlos Taveira

    Shirley,
    Oui, le roman sera disponible partout à partir du 19 février.
    Si votre libraire ne le possède pas, demandez-lui de le commander. Ou alors, faites-le en ligne. Amazon l’a déjà en pré-commande. Voici les références:
    Amazon:
    http://www.amazon.ca/Mots-messages-mar%C3%A9es-Carlos-Taveira/dp/2896993924

    Titre: Mots et marées.
    Sous-titre: Pedro da Silva, un Portugais messager du roi en Nouvelle-France.
    Éditeur: Les Éditions L’Interligne
    Pages: 560.
    Distribution: Prologue (http://www.prologue.ca/)
    ISBN 978-2-89699-392-5 (livre en papier).
    ISBN 978-2-89699-393-2 (pdf).
    ISBN 978-2-89699-394-9 (epub).

  27. Shirley de Silva

    Carlos, Merci pour l’info. Shirley

  28. Carlos Taveira

    « MOTS ET MARÉES », Les Éditions L’Interligne, 2014
    (Pedro da Silva, un Portugais messager du roi en Nouvelle-France)
    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
    Feuilletez les premières pages du roman.
    ▼▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▼
    http://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.entrepotnumerique.com%2Fflipbook%2Fpublications%2F20786.js&oid=92&c&m&l=fr&r=http%3A%2F%2Favoslivres.ca&f=pdf

  29. Shirley de Silva

    Bonjour, J’essaie de déterminer les parents de Anastasie Savard épouse de Thomas da Silva. Sur certains sites, ses parents sont Charlotte Veraue (Verrault) et Etienne Savard et a d’autres endroits Jean-Baptiste Savard et Madeleine Lavoix.
    Merci d’avance de votre aide. Shirley de Silva

  30. Carlos Taveira

    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ CONFÉRENCE ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
    ■ Pedro da Silva et les Portugais en Nouvelle-France ■
    Organisé par Mme Suzanne Da’Sylva
    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
    Pour RÉSERVATION:(514)453-1751 poste 230
    Qui: Carlos Taveira
    Quand: Mercredi 21 mai 2014, de 19h30 à 21h30
    Où: Bibliothèque Guy-Godin. 120, Boulevard Perrot, L’Île-Perrot (Québec), J7V 3G1
    Courriel: biblio125@reseaubibliomonteregie.qc.ca

  31. Les 65 parcs du Plateau (1 de 4) - Le Plateau

    […] en 1427 par l’explorateur Diogo de Silves. Fait à noter, le premier facteur au Canada, Pedro da Silva, un Portugais, assurait la livraison des lettres et des colis entre la ville de Montréal et la […]

  32. Danielle Liard

    à noter que Pierre, né en 1690, n’a pas marié Marie Angélique Mingou/Mingot, mais bien Marie Jeanne, qui par la suite a adopté le prénom de sa soeur. (référence Drouin) Je suis descendante d’une Mingou, non des Dassilva, mais la famille m’a intéressée.

    Bien à vous

    Danielle

  33. shirley de Silva

    Bonjour Suzanne, J’etais curieuse de savoir si lors de votre voyage a Lisbonne si vous avez decouvert sur peu plus sur notre ancestre Pedro. Ses parents etait-ils de Lisbonne?
    Merci, Shirley


Laisser une réponse